Lorentxa Beyrie, tindatzea pasioa eta beharra denean

2019, uztaila 9

.

.

.

→ haspand-art.com: Lorentxa Beyrie

Lorentxa BEYRIE
ARROKA
64240 Kambo

Mail: arroka@cegetel.net

.

Tableau Gernika

GERNIKA

Est née en 1975 à Kambo dans une famille basque

Comme les autres enfants de la famille, elle est scolarisée à l’ikastola de la maternelle au bac . Cette scolarité lui donne une maîtrise totale de sa langue maternelle.

L’étude du français en seconde langue, lui permet de des études universitaire à Bordeaux, de passer une licence d’ethnologie et de préparer une maîtrise d’anthropologie.

Militante engagée, elle fait le choix de la lutte armée. Elle est arrêtée en 2001 et est depuis incarcérée en France.

Lorentxa a toujours assumé avec courage et détermination son attachement à son peuple et son appartenance à l’Organisation armée basque.

Au cours d’un procès en 2007 elle déclare:

“Nous sommes parmi les peuples qui ne sont ni reconnus, ni respectés. Alors nous faisons partie des peuples qui n’existent que par la lutte.

C’est la seule existence qui nous reste. Ce combat c’est notre existence jusqu’au jour ou nous serons reconnus”

Une artiste en devenir

Son parcours artistique débute en prison,

– des contes illustrés pour les petits de sa famille

– des peintures sur soie pour les plus grands et les amis, et enfin des pastels

Peindre durant son incarcération est pour elle une nécessité, et une passion car cela lui permet de mettre une distance par rapport à sa situation, de ne pas se laisser enfermer ,

A travers son travail elle communique avec ceux qui découvrent ses tableaux . Ses oeuvres (jalonnée par des progrès rapides), sont empreintes de sensibilité d’imagination et de mouvement.

C’est donc aujourd’hui à l’art qu’elle confie ses sentiments ses moments d’espoir ou de tristesse.

Ses compositions sont construites sur la sensation, l’accord charnel , voire sensuel avec les couleurs.

Elle s’affirme poète de la couleur. Elle ouvre un champ d’exploration de l’être à travers leurs vibrations puisant leur puyissance dans le cosmos.

Ses toiles communiquent un effet de joie organique, que l’on pourrait qualifier de Dionysiaque. Une satisfaction heureuse ou dramatique selon le cas, toujours habitée d’une vibration comme musicale

Laurentxa veut plus que tout peindre la vie

La technique est en cours de perfectionnement, même si ses toiles sont identifiables au premier coup d’œil.

Durant plusieurs années elle ne faisait rien pour promouvoir et vendre sa production; la réservant à un petit cercle d’initiés et de passionnés.

C’est sous l’amicale pression de ses amis, et parce qu’elle se sentait capable de franchir le pas toujours délicat d’affronter le jugement du public qu’elle s’est décidée à exposer.

Ce qui lui valut le jugement ci joint de Michel Fourcade (artiste réputé et chroniqueur artistique de plusieurs journaux lors de sa participation au salon d’Hiver de Carmaux (81) en décembre 2014

Lorentxa Beyrie n’est pas un cas à part, mais elle a commencé à peindre (elle fait certes du pastel, cependant l’acte est celui de la peinture), sans référence aucune.

Après des débuts “maladroits », ce qui est normal, n’ayant pas eu les acquis de départ, au fur et à mesure des mois et des années, elle développe une intelligence de la peinture que je trouve impressionnante.

Elle aborde des sujets qui lui sont propres et qui font qu’elle sort d’elle-même des odes à la nature et à la vie.

Que ce soient des personnages ou des paysages, dans les plus « calmes » il y a toujours des petites lueurs et dans les autres qui ne seraient pas, je le suppose, des paysages notre regard est « frappé » par des fulgurances de lumière et couleurs qui impressionnent, sans jeux de mot, la rétine et de là, l’intellect et donc la réflexion,

Lorentxa Beyrie nous entraîne dans des scènes à l’onirisme majestueux. Il y a parfois un expressionnisme des grands Allemands ou alors, par moments son travail est proche de la Trans-Avant garde Italienne, Son Don Quichotte est une flamme de puissance.

Don Quichotte est souvent le personnage que l’on voit un peu ridicule parce qu’il se bat contre des moulins et chimères.

Lorentxa Beyrie étend le champ des possibilités fictionnelles et son Don Quichotte en est l’exemple parfait: de ridicule, sous ses mains et son intelligence, il devient flamboyant. C’est aussi une peinture à l’intelligence très contemporaine, nous ne sommes pas (plus) devant une peinture d’amatrice, mais devant une œuvre en train de se construire.

Lorentxa BEYRIE

Lorentxa BEYRIE Haspand’Art sareko kidea da. Webgunea bisitatu: www.haspand-art.com

Neska gazte sutsua

Lorentxa Kanbon sortu zen familia euskaldun batean 1975ko maiatzaren 10ean. Ama-eskolatik baxoa arte Ikastolan ibili da. Eskola ibilbide horri esker bere ama hizkuntza osoki menperatzen du. Bere ikasketak segitzen ditu Bordaleko unibertsitatean (etnologia lizentzia) eta antropologia maisutza prestatzen du.

Militante engaiatua, borroka armatuaren hautua egiten du. Bere bizia kolpez aldatzen da 2011ko martxoan atxilotua delarik, erakunde terrorista bat laguntzeaz akusaturik, kondenatua da. Oraindik preso da gaur egun.

Bere ibilbide artistikoa presondegian hasten da : Bere familiako ttipiendako ipuin marrazkituak, zeta gaineko tinduak haundiendako eta lagunendako, eta azkenik pastel lanak.

Aitzina doan artista

Bere atxiloaldian, tindatzea pasio eta behar bat da. Bere lanaren bidez komunikatzen du bere margolanak ezagutzen dituzten jendeekin. Ondorioz gaur egun bere sentimenduak, esperantza edo tristura mementoak arteari eskaintzen dizkio.

Bere obrak sentikortasunez, irudimenez eta mugimenduz beteak dira. Bereak diren gaiak aipatzen ditu, eta bere baitatik natura eta biziaren aldeko omenaldiak ateratzen ditu.

Gure behakoa, argi eta kolore tximistek harritzen dute, begia durduzatzen dute, eta hortik adimena, beraz gogoeta.

Lorentxa Beyriek maiestatezko amets eszenetan gaindi eramaiten gaitu. Bere obrak sentsazioaren, eta koloreekin bat etortze sentsualaren gainean eraikiak dira. Kolorearen poeta dela erakusten du.

Lorentxak, ororen gainetik, bizia tindatu nahi du.

2011an, bere lagunek bultzaturik eta publikoaren iritziaren aurrean aurkezteko urrats zail hau gainditzeko gai senditzen zelako, bere obren erakustea deliberatu du. Geroztik bere obrak erregularki kalitatezko erakusketetan zintzilikatuak dira, fama haundiko artisten ondoan.

le tableau plébicité par le public

Décembre 2014 Jentilen mundua

Tableau conceptuel, au sein duquel Lorentxa a caché de nomconsistaitbreux signes qui relient son œuvre aux croyances basques ancestrales. Ce tableau est une mise en scène de la mythologie basque dans un système religieux axe sur les rapports terre-ciel-éléments

En premier plan Un arbre : qui se termine par une main protectrice

Ses racines sont profondément fichées en terre. Il est le symbole de l’union terre -ciel

Une très ancienne Coutume basque, encore vivante au siècle dernier consistait à faire passer un nouveau-né à travers un arbre, ami de l’homme par excelle

Un couple de dos, hommes- femme symbole de la vie, de la fertilité

Un cheval dont on devine l’œil et le corps autour du couple .Place du cheval dans la symbolique basque

Un visage féminin rouge,menaçant ou protecteur ? Déesse ou divinité ? Mari ?

Ses Expositions

L’année 2011 représente un tournant dans sa vie d’artiste, car on va la voir accrocher ses pastels aux cimaises de plusieurs expositions, soit seule, soit au côté d’artistes réputés.

En effet, Lorentxa a mis beaucoup de temps avant de se décider à exposer, mais depuis 3 ans ses toiles figurent désormais régulièrement aux cimaises de nombreuses expositions, dépassant largement les limites du Pays basque. Cela témoigne que sa notoriété est aujourd’hui reconnue bien au-delà d’un cénacle d’amis, par de nombreux authentiques amateurs d’art.

2018 Avril Mediathéque Pierer Espil Hasparredn Exposition dans le cadre de la semaine Gernika

2018 Mars Hasparren salle Choribit

2017 Office de Tourisme Hasparren

2017 Janvier: Hasparren: L’art basqued existe-t-il ? Salle Choribit

2015 10-13 avril Eihartzea HAZPARNE Art: Chemin de la Liberté

2015 Mars Kalostrape

2014 18 Décembre- 6 janvier : Carmaux “Salon d Hiver” Espace Jules Cavaillès;

2014 30 Avril 7 mai Hazparne Emazte begikeinua Salle Choribit, Mairie d’Hasparren et Haspand-Art

2014 Avril : Vera de Bidassoa

2014 31 janvier-26 février : TOLOSA aranburu jauregia

30 avril-7mai: HAZPARNE mariées clin d’oeil Salle Choribit

2013

27 décembre au 10 Janvier Carmaux « Arts et Matières » Importante exposition de groupe Salon d’hiver de la ville

8 au 30 juillet BAYONNE: à Kalostrape avec Xabi Soubelet

4 au 17 mai : BAYONNE : Galerie des Corsaires. Exposition: organisée par Herrira

« Les artistes du Pays basque prennent la place »,

De nombreux artistes participèrent à cette exposition, en soutien aux prisonniers et aux réfugiés politiques basques: Miguel Alfredo Hernandez Busto, Tami Celaya Cooper, Alain Sistiaga, Bruno Aguerre, Gonzalo Etchebarria, Iker Valle, Irkus, Joëlle Rodeau, Juan Gorriti, Lorentxa Beyrie, Mattin Partarrieu, Michelle Neurisse, Mikel Aranoa, Patxi Lazkarai, Rikardo Pascual, Xabier Celestino, Xabier Soubelet.

2012 Mars: Itxassou fermement Galerie

Juin : Carmaux « Salon d’été » de Prospectives Artistiques

2011 Mars: Hazparne Exposition organisée par Emaztek Diote

24 Juin-8 juillet : Carmaux : Maison de la citoyenneté : « Salon d’été » sur le thème Le corps

Juillet Bayonne, Galeries des corsaires (avec Patrick Larriveau et Valérie Garces).

Arbonne à La Benoiterie

15-25 Novembre : Hazparne Exposition organisée parHaspand-Art

5 -13 Novembre PARIS “Espace Louise Michel

Succes réel pour Lorentxa BEYRIE, lors de L’exposition” Art et matiéres” organisée par la ville de Carmaux (81400)
du 27 décembre au 10 Janvier 2014.

Lorentxa était entourée de 9 autres artistes dont certains de renommée nationale.
Un public nombreux a découvert cette exposition, Par ailleurs plusieurs classes primaires de la ville conduite par leurs enseignants ont profité de la manifestation pour faire découvrir l’art à leurs élèves
ci-dessous une vue d’une des la salle d’exposition, au premier plan la sculpture bronze d Abel REIS

Une grande satisfaction pour le travail de Lorenxta et pour tous ses amis d’Haspand-Art

Prospective artistique : à propos de Lorentxa Beyrie

Écrit par Carmaux Actu Mis à jour : 20 janvier 2015

La dernier exposition, Salon d’hiver, de « Prospectives Artistiques » s’est terminée il y a peu. Jean-Pierre Izard revient sur une peintre emblématique, figure importante des dernières collections.

Rédaction : Si l’on regarde les catalogues des expositions que vous avez organisées ces dernières années, à Carmaux ou ailleurs, le nom de Lorentxa Beyrie revient de manière régulière. Pourquoi ?

J.-P. I.: Parce que son travail plaît, tout simplement. D’autant que les œuvres présentées aujourd’hui témoignent de progrès apides, disons atypique.

Rédaction : Justement Lorentxa Beyrie peint en captivité, cela n’entrave-t-il pas sa création ?

J.P.I : En effet le fait d’être emprisonnée ne facilite pas pour elle un environnement qui par les rencontres, l’échange avec d’autres artistes ou le public pourrait lui permettre d’ « évoluer ». C’est ce que j’ai moi-même pensé longtemps, or paradoxalement son isolement l’oblige à plonger au plus profond d’elle-même se traduisant par une expression vierge de sa personnalité.

Rédaction : Cela suppose donc une forte personnalité ?

J.P.I : Ici se situe la force de Lorentxa, Depuis son enfance son attachement à ses racines s’est développé, consciente de son appartenance à sa terre et a son peuple. Sur ce plan elle ne connait pas le doute, elle supporte sa captivité avec courage, sans n’avoir jamais connue la moindre tentation de renoncement. Sa peinture est le reflet de sa personnalité.

Rédaction : Vous pensez donc qu’elle a encore une marge de progression ?

J.P.I : Bien sûr, et c’est en exposant, en allant à la rencontre du regard des autres, qu’elle continuera à bâtir cette artiste en construction qu’elle est aujourd’hui.

De plus si elle pouvait jouir un jour de plus de liberté je suis convaincu qu’elle nous offrirait une palette nouvelle de son talent.

Nouveaux tableaux 2016-2017

.

.

.

.

Iruzkinak